Esther Mbombo

Pour français cliquez ici

Esther Mbombo wa Tshipongo was a strong and generous woman, whose dedication to the church sometimes made her an object of criticism and conflict. Someone who knew her says, “Her only response was to suppress her tears and devote herself to reconciliation, even if she wasn’t at fault.”

Photo by James Krabill.

Many people remember Esther Mbombo, who passed away in 2006 at the age of seventy, because she was an influential figure in both the Evangelical Mennonite Church (CEM) and the ecumenical group Church of Christ in Congo (ECC).

She was brought up in a Presbyterian family in East Kasai and married Pierre Tshiamala. Shortly after their marriage they moved to Bujumbura, Burundi, where the first five of their nine children
were born. They left Bujumbura in 1962 and moved back to Mbuji Mayi in the newly independent Congo.

In Mbuji Mayi Esther continued to attend a Presbyterian church until 1967, when the couple bought their own property. It happened to be near the first congregation, Sangilayi, of what is now the CEM.

Esther was intrigued by two things about the CEM. First, she had enrolled her children in the CEM secondary school, and she liked the daily worship services at the school. Second, she valued the Bible teachings of Pastor Mathieu Kazadi at the Sangilayi congregation, which she attended sometimes because her former church was far from her new home.

She decided to become a member of Sangilayi and to be baptized according to Anabaptist practice. Esther was baptized, along with those of her children who had attained the age of reason, and she became an active member of the congregation. Esther immediately joined the choir and amazed people not only with her singing prowess but also with the generosity of her service.

She was a woman whose personal circumstances were difficult, but she took on responsibility for welcoming new people in church, often by presenting them with a chicken that she provided. The church authorities quickly gave her responsibility for congregational protocol. For several years Esther Mbombo attended to welcoming and seating people, cleaning the church, and taking care of children during services.

Several years later Esther Mbombo wa Tshipongo founded and directed a woman’s chorale. This choir still exists five years after her death. When she was still young, she became president of the women of Sangilayi and then of all the CEM women of East Kasai.

A woman of unshakable faith, she did her utmost to devote herself to the cause of women who came to her in time of trouble. In happy or sad developments, she was often the first to respond. She always made it a point to be present at gatherings, whether they were in town or far from town.

She was a fervent evangelist and advocate for Anabaptism. She brought a number of women to the church, including some former Presbyterians who recognized their affinity with Anabaptist teachings, thanks to Esther Mbombo’s teaching. She sustained and encouraged the faith of her peers, telling them, “I exhort you, my children, you who have studied more than I, to dedicate yourselves to the service of the Lord, because it could happen, one never knows, that I could leave this place or leave this world.”

All of this activity came at the price of some friction in her own household—with her husband, Pierre, his family members, and with other women. Because of the time she dedicated to the Lord’s service, her frequent absences and late arrivals at home, some called her stupid or unfaithful. But Esther never conceded. She always said, “God is everything to me.”

On one occasion she came home late at night after a mission. Some of her group decided to accompany her, in order to protect her from harassment by her husband. One of these women reports that Pierre had locked the door for the night and refused to talk to his wife or open the door for her. Esther kindly sent away her defenders, telling them, “If Pierre won’t open up for me, I’ll spend the night in front of the door.”

Whatever worries, criticism, false accusations, and insults her husband, his family, and others subjected her to, Esther stayed firm and persuasive. Her faith radiated throughout the neighborhood, in the church, and in her household. To justify her comings and goings, she would retort to Pierre’s relatives, “I do everything that is needed for the family. I feed you, I educate your children. Beyond everything that I do for the family, I have the duty to work for the Lord as well.” She eventually led her husband to the church.

Esther was an indefatigable mobilizer of women. Her competence in leading women led to her elevation to the rank of vice president of the women of CEM. These new duties once again brought her the approval of the woman and confirmed her as a good Christian.

She set herself to evangelizing and exhorting the women of East Kasai, reminding them that she would not be with them forever.Esther Mbombo was preoccupied by the quest for peace in the heart of the CEM, as it was torn apart by leadership conflicts between Pastor Zacharie Nkumbi and Pastor André Ntumba. She tried in 1993 to reconcile the two. Although she was roughed up by partisans of the former when they invaded the church, Esther didn’t hesitate to forgive her torturers during the reconciliation meetings organized by CEM in 1998 and 2006.

She was a partisan of nonviolence and never gave evil for evil, whether in her official duties or her married life. The authorities of the East Kasai Church of Christ in Congo (ECC) asked her to join and lead the Thousand Voices, an ecumenical chorale that brings together women from all Protestant groups. Her influence was so great that she is still remembered in all large church gatherings.

But Esther’s greatest contribution to the ECC was a lesson of justice and truth, which unfortunately caused her biological brothers and sisters to reject her. One of her brothers was in a leadership conflict with the then-president of the East Kasai ECC which also involved the Presbyterian church. Because of this, her brothers demanded that she leave the Thousand Voices chorale. But she refused, saying, “If we really are Christians, we can never divide ourselves based on tribal differences.”

Esther passed away in 2006. Benjamin Mubenga, president of CEM, recalls how much she is still missed. Noticing that no food had been provided for participants in a recent denominational meeting, he declared, “This lack of food makes me think of Mbombo wa Tshipongo, who never spared the effort to mobilize women to provide food in such a situation.”

Source: Jean Félix Chimbalanga. “I’ll spend the night in front of the door.” In The Jesus Tribe: Grace stories from Congo’s Mennonites, 1912-2012, ed. Rod Hollinger-Janzen, Nancy J. Myers, Jim Bertsche. 176-179. Elkhart, Indiana: Institute of Mennonite Studies, 2012.

 

Esther Mbombo Tshipongo

Fille de David TSHIPONGO et de Anne NTUMBA, Esther MBOMBO TSHIPONGO vient d’une famille dont le père était un Ancien de l’Église presbytérienne (APCM) de Konyi, au Kasaï Occidental. C’est à l’APCM qu’elle a appris à fréquenter l’église de son père dans laquelle elle est devenue chantre dès sa tendre enfance.

Devenue majeure, Esther s’est mariée avec Pierre TSHIAMALA avec qui elle a eu neuf enfants, six garçons et trois filles. Elle s’est installée à Munkamba, village de Pierre, qu’ils quittèrent peu après leur union pour aller à Bujumbura (Burundi) après un court séjour à Goma au Kivu (RD Congo).

En 1962, ils quittèrent Bujumbura et s’établirent à Bakwanga (actuel Mbuji Mayi) où ils retrouvèrent Théodore et Mbuyi TSHIMBALANGA, couple ami qu’ils avaient connu à Munkamba. Par la grâce du Seigneur, à cette date, le foyer d’Esther était déjà enrichi de cinq enfants, tous nés sur le sol burundais.

À Bakwanga, Esther MBOMBO a continué à fréquenter l’église APCM jusqu’en 1967. A cette date, ayant acheté leur propre parcelle, Esther, son mari et ses enfants déménagèrent et habitèrent leur maison, située à Diulu 2, à proximité de la concession de la toute première église de l’Association Evangélique Mennonite du Sud Kasaï (actuelle Communauté Évangélique Mennonite, CEM).

Elle était très intéressée par le programme de cultes scolaires organisés chaque matin à l’école secondaire de l’AEMSK où elle avait réussi à placer ses enfants. Elle était intéressée aussi par la valeur des enseignements bibliques donnés par Matthieu KAZADI, Pasteur de l’Église Sangilayi où elle allait parfois prier à cause de la distance qui séparait son ancienne église et sa nouvelle résidence. D’autre part, un jour, Esther a décidé de devenir membre de Sangilayi de l’AEMSK.

Elle a matérialisé son désir lorsqu’un jour elle allait voir Matthieu KAZADI à qui elle avait communiqué sa décision et son désir de se faire baptiser selon les rites des Anabaptistes. Un jour, MBOMBO Esther a été accueillie et présentée à l’assemblée. Dès lors, elle en était devenue une membre influente. Elle a été baptisée quelque temps plus tard, avec ses enfants qui avaient déjà atteint l’âge de la raison.

Sans attendre, Esther MBOMBO, qui s’était facilement intégrée dans sa nouvelle église, s’est mise à servir Dieu sans réserve. En 1967 déjà, grâce à son don de chanter pour le Seigneur, Esther est devenue membre de la chorale de la paroisse où elle a émerveillé les gens, non seulement par ses prouesses de bon chantre, mais aussi par sa générosité et son service. Femme de condition modeste, Esther a accepté et réalisé la prise en charge des hôtes de son église en offrant, seule, tout un poulet pour leur réception. Et vite, les autorités de l’église l’ont chargée du protocole de la paroisse. Pendant plusieurs années, MBOMBO WA TSHIPONGO s’est soigneusement occupée de la réception, de l’installation des fidèles dans le temple, de la propreté du temple et de la surveillance des enfants pendant le culte.

Quelques années plus tard, WA TSHIPONGO a fondé la chorale des Mamans (Chorale wa ba Mamu, CHOBAMU) dont elle a elle-même assurée la direction et la conduite des cantiques, car elle savait très bien battre la mesure. Cette œuvre existe encore, cinq ans après sa mort.

C’était une servante inconditionnelle du Seigneur et très attachée à Dieu. Encore toute jeune, Esther est devenue Présidente des Mamans de la paroisse Sangilayi d’abord, et Présidente des mamans de toute la province du Kasaï Oriental ensuite. Femme d’une foi inébranlable, elle s’est vouée à la cause des mamans à qui elle a sans cesse apporté du secours en cas de problèmes dans les foyers, et de l’assistance en cas de nécessité. Lorsque survenaient des circonstances heureuses ou malheureuses parmi ses administrées, c’est elle qui était souvent la première à apporter contribution et soutien. Avec ou sans moyens, en tant que responsable, MBOMBO était toujours présente à toutes les rencontres qu’elles tenaient, dans la ville ou loin de la ville.

Grande évangéliste et grande propagandiste de l’anabaptisme, Esther MBOMBO a gagné de nombreuses âmes à Christ pour le compte de sa paroisse, lesquelles y demeurent à ce jour encore. C’est le cas de MBUYI TSHIMBALANGA, BIBOMBA Anne et bien d’autres mamans qui chacune, bien que d’origine presbytérienne, reconnaissent être des Anabaptistes mennonites et servantes de Dieu avec leurs biens, grâce aux enseignements reçus et aux leçons tirées de MBOMBO WA TSHIPONGO. Elle a encouragé et soutenu la foi de ses pairs et suscité leurs services à travers ses exhortations : « Je vous exhorte, mes enfants, vous qui avez étudié plus que moi, à vous adonner au service du Seigneur car, on ne sait jamais, il peut m’arriver de quitter ce milieu ou laisser ce monde ».

La fermeté de sa foi en Dieu lui a causé de sérieux problèmes dans son foyer avec Pierre son mari, ceux de sa famille et avec d’autres femmes, ses administrées. Les uns et les autres, à cause du temps énorme qu’elle consacrait au service du Seigneur, de ses absences et arrivées tardives à la maison, la traitaient d’infidèle et d’idiote. Pourtant, Esther n’a jamais désarmé. Elle disait sans cesse : « Dieu est tout pour moi ».

Elle a prouvé sa bravoure et son attachement à Dieu un jour, qu’ayant été retenue par le service, elle fut obligée de rentrer tard de nuit à la maison. Pour la protéger de l’énervement de Pierre, certaines de ses administrées, dont Véronique KASEKA, avaient décidé de l’accompagner à la maison. Après qu’elles aient vainement supplié Pierre, qui n’avait pas voulu parler ni ouvrir la porte, Esther avait gentiment renvoyé ses défenseuses, disant : « Si Pierre n’ouvre pas la porte de la maison, je passerai la nuit devant la porte ».

Quelles que soient les tracasseries, les calomnies, les fausses accusations et les insultes dont elle était l’objet de la part de son mari, des membres de la famille de Pierre et de tiers, Esther restait ferme et persuasive. Sa foi rayonnait réellement partout dans le quartier, dans l’église et dans son foyer. Pour justifier ses allées et venues, MBOMBO rétorquait aux parents de Pierre : « Tout ce qu’il faut faire pour la famille, je le fais : vous nourrir et faire instruire vos enfants. En dehors de tout ce que je fais pour la famille, j’ai le devoir de travailler aussi pour le Seigneur ».

Infatigable mobilisatrice de mamans, Esther MBOMBO avait réussi à amener à Christ non seulement les mamans qui sont aujourd’hui dans la CEM, mais aussi son propre mari et ses fils : Bienvenu MUAMBA, son premier fils né sur le sol congolais et David TSHIPONGO, son cadet, à qui elle a donné le nom de son père. Le premier fils, Bienvenu MUAMBA, est le substitut à la CEM de David TSHIPONGO, son deuxième fils, qui avait déserté contre la volonté d’Esther, bien qu’il y avait été formé. Esther avait souhaité voir au moins un de ses fils devenir serviteur de Dieu dans son Église. Se souvenant plus tard avec chagrin du rôle mobilisateur joué de manière correcte et avec ferveur par Esther MBOMBO, le Pasteur Benjamin MUBENGA WA KABANGA, Président de la CEM constatant l’absence de nourriture pour les participants à une réunion de la communauté a déclaré : « Ce manque de la nourriture que je constate me fait penser à MBOMBO WA TSHIPONGO qui n’a jamais ménage aucun effort pour mobiliser les mamans qui se réunissaient pour apporter à manger en pareille circonstance ».

Le savoir-faire d’Esther dans la direction des mamans lui a valu d’être nommée vice-Présidente des mamans de la CEM (1997) par la haute direction de l’Église. Ces nouvelles fonctions lui ont procuré une fois de plus la sympathie des mamans qui avaient confirmé ses qualités de chrétienne affermie.

Toujours égale à elle-même, Esther MBOMBO s’était employé avec acharnement à évangéliser et à exhorter les mamans, tant de la CEM que de l’Église du Kasaï Oriental, à participer à l’œuvre du Seigneur. Parlant d’elle à ce sujet, José MBOMBO BINTU rapporte qu’Esther MBOMBO était préoccupée par l’avenir des mamans. Elle se demandait ce qu’elles deviendraient au cas où elle quittait le milieu ou si le Seigneur la rappelait auprès de lui.

Préoccupée par la recherche de la paix au sein de la CEM déchirée par des conflits de leadership, elle avait entreprit en 1993 de réconcilier les Pasteurs Zacharie NKUMBI et André NTUMBA, chefs de files de tendances opposées. Passée à tabac lors de l’incursion dans sa paroisse des partisans du premier, Esther n’a pas hésitée à accorder son pardon à ses bourreaux à l’issu de la réunion de réconciliation organisée par la CEM en 1998 et en 2006. Partisanne de la non violence, MBOMBO Esther n’a jamais rendu le mal pour le mal, qu’ils s’agissent des affronts subis dans l’exercice de ses fonctions ou dans sa vie conjugale. Face aux nombreuses calomnies dont elle était l’objet, sa seule réaction était de fondre en larmes ; elle avait le souci permanent de réconciliation, quoi qu’elle n’ait été forcément coupable.

Suite à l’appel des autorités de l’Église du Christ au Congo (ECC) pour le Kasaï Oriental, MBOMBO WA TSHIPONGO est devenue membre de la chorale « Mille Voix » où elle a joué le rôle de conductrice des cantiques. Elle y avait amené ses sœurs anabaptistes comme BIBOMBA Anne et Esther NTUMBA KABUYA. Son influence dans la chorale « Mille Voix » qui regroupe les mamans de toutes les tendances protestantes confondues, était grande, tellement grande qu’aujourd’hui, après sa disparition, tout le monde se souvient d’elle, surtout lors de grandes manifestations de l’Église.

La plus grande contribution d’Esther à l’ECC, ce qui lui a malheureusement coûté le rejet de ses frères et sœurs biologiques, était les leçons de justice et de vérité qu’elle a donnée à toute l’Église, suite au conflit de leadership qui oppose à ce jour son propre frère, Pasteur TSHIBEMBA et le Pasteur Dieudonné MBAYA, tous deux de la Communauté presbytérienne au Congo (31e CPC) au Kasaï Oriental. En effet, Esther, à qui ses frères avaient demandé de cesser ses prestations dans la chorale «Mille Voix » pour appuyer son frère qui se battait contre Dieudonné, à la fois Président légitime de la CPC et Président Provincial de l’ECC, avait désobéi à cet ordre en soutenant : «Si réellement nous sommes chrétiens, nous ne pouvons jamais nous diviser en nous fondant sur nos ‘appartenances tribales’ ».

Après soixante-dix ans d’existence caractérisés par un grand attachement à Dieu, qu’elle a servi sans condition, Esther MBOMBO WA TSHIPONGO s’est éteinte en 2006, laissant derrière elle beaucoup de convertis à Dieu parmi lesquels ses propres fils.

Source: Jean Félix CIMBALANGA WA MPOYI. «Si Pierre ne m’ouvre pas la porte de la maison, le Seigneur me l’ouvrira». 100 Ans de Mission Mennonite en République Démocratique du Congo: Témoignages des Apports Locaux 1912-2012. De MULEBO NDANDULA, Vincent, Jean-Félix CIMBALANGA WA MPOYI, and BELEJI MWATHA Jackson. Elkhart, Indiana: Institute of Mennonite Studies, 2012.

One Response to “Esther Mbombo”

  1. Andre Kilenge Nkumbi

    Bonjour !
    Par hasard je suis tombe sur votre page, j’ai beaucoup aimé de la façon dont vous aviez relaté vos 100 ans d’histoire,
    Je fus un enfant mennonite née et grandie dans la mennonite, je toujours crus que le mennonites êtes de gants honnêtes amie de la vérité et droiture, hélas en lisent votre histoire, je trouvai qu’il y a trop de chose qui ne correspond ni à la vérité ni à la réalité,
    Comment on raconter histoire d’un arbre, éloge ses racines, loue ses fruit, ses fleurs, ses feuillages et oublier le tronc,
    Au fait j’ai juste compris que vous étais confié à une personne étrangère ou fanatique (Mr. Jean Félix CIMBALANGA WA MPOYI.), car ils plusieurs gants qui ont souffert, qui ont fait de prisons qui étais trainer a la juste, enfin que ses 100 ans puis être faite aujourd’hui,
    On n’ait pas ses contente de falsifier l’histoire, sinon nous falsifierons tous l’avenir.

    Je vous en remercier !

    Reply

Leave a Reply to Andre Kilenge Nkumbi

Click here to cancel reply.

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>